Elisabeth Beucher - DESIGN INTUITIF
Sophia - Féminin divin christique - Ascension
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
Blog

Energies sexuelles : la séduction

13/09/2016 11:00:00

La séduction dont il s'agit dans cet article n'est pas celle à laquelle on pense. La séduction dont il s'agit ici est beaucoup plus insidieuse, profonde et présente dans la société que la séduction à laquelle certaines personnes ont recours pour attirer un partenaire sexuel ou un partenaire pour la vie qui n'en est qu'un aspect. C'est une forme de cancer psychique qui est la progéniture hideuse du virus décrit et exploré dans trois articles récents de ce blog. La séduction dont il s'agit ici est issue de l'enlisement dans l'extériorité aux dépens de l'intériorité. (Vous comprendrez mieux la portée de cet article si vous prenez le temps de découvrir l'origine et la nature du virus ci-dessus mentionné.)

La séduction omniprésente dans nos cultures et dans notre psychisme est l'obstacle à la vraie liberté et à l'amour de soi puisqu'il est impossible d'être libre et de s'aimer si l'on est dépendant du regard des autres et si l'on a peur d'être soi-même. Elle est à l'origine des comportements de compétition, de rivalité - et donc de la guerre -, de manipulation, de vol et de vampirisme énergétiques qui parasitent toutes les strates du quotidien et de la vie de la cité.

Le sujet est si vaste qu'il est extrêmement difficile d'en décrire les ramifications dans un court article. Commençons par dire que nous sommes tellement habitués à la séduction que l'on a fini par ne plus la voir. L'on est habitués à être aguichés, appâtés, tentés, siphonnés, baratinés et donc... séduits par... la publicité, les médias, la politique, les familles qui défendent leurs valeurs, leurs systèmes de croyances et leurs dynamiques internes, l'éducation nationale, les sciences (histoire, sciences physiques etc), les religions ainsi que les milieux spirituels, jusqu'à l'alimentation dont nous sommes gavés : le sucre, le miel et le sirop... La séduction est une organisation plus ou moins anonyme d'endoctrinement constant et permanent qui nous pousse à oublier qui nous sommes et qui exige de nous que nous nous soumettions au programme. Elle s'est emparée de notre mental, de notre intelligence et de notre esprit critique. Elle voile notre clarté. Elle s'est glissée partout et nous téléguide même dans nos décisions de destination de vacances. Le but est de faire des humains des consommateurs et des activistes désincarnés, aveugles, apathiques et serviles, des esclaves endormis, ahuris et consentants dont la main d’œuvre (l'énergie) est précieuse. La séduction est une colle, une gelée qui nous englue, un empois qui nous alourdit.

Le moyen de perpétuer ce niveau de conscience de subordination et d’assujettissement est le recours à la dualité, à la séparation : opposer l'extériorité et l'intériorité, le bien et le mal, moi et les autres et surtout... moi et le divin. L'endoctrinement consiste à idéaliser l'extérieur (succès, sexe, pouvoir) et l'amour des autres au détriment de l'intérieur (sérénité, contentement, plénitude, communion avec l'invisible et la nature) et de l'amour de soi. Concrètement : je suis une bonne personne et j'obtiens le salut si j'aime et si je fais du bien à mon prochain. Cette perspective foncièrement "désalignée" avec la perspective de l'amour inconditionnel est le piège ultime qui nous maintient éloigné et étranger de nous-même et qui génère un taux élevé de culpabilité si l'on essaie de se fait passer en premier. Cette perspective contient bien des dangers puisque, en l'état actuel des choses, "faire du bien à mon prochain" consiste en réalité à projeter sur lui tout le bagage émotionnel que je porte en moi que justement, je n'ai pas guéri, que je n'aime pas, que je n'accepte pas, qui meurtrit toujours mon enfant intérieur.

Un être en éveil va tout naturellement se retirer énergétiquement de cette matrice hébétée et apprendre à se tourner vers lui-même, à être à l'écoute attentive, très attentive de son intuition, de sa sagesse, de sa mémoire intemporelle, à cesser de se trahir et de se prostituer et à couper tentacule après tentacule après tentacule sans s'isoler du monde mais pour se réunir et se réunifier avec ce que la même matrice appelle "Dieu" (un Dieu extériorisé dans ce cas-là) qui n'est rien d'autre que la divinité intrinsèque et inhérente de chacun : mystère, neutralité, absence de dualité, de séparation et de polarités.

Un être en éveil va comprendre progressivement qu'il ne doit prêter serment d'allégeance qu'à lui-même, c'est-à-dire son essence, son âme, sa joie, sa responsabilité envers sa propre vie et son propre bonheur et maintenir une vibration supérieure à laquelle les personnes qui l'entourent et qui entrent en contact avec lui pourront se connecter et s'inspirer, leur donnant ainsi la permission de faire comme lui, autrement dit de s'affranchir d'un monde extraordinairement dysfonctionnel et toxique et de ne jurer fidélité qu'à l'amour inconditionnel qui gouverne l'univers.

Hors de tout repère, de toute "vérité non-référentielle", cet être devra braver des démons, des entités et des situations qui mettront durement à l'épreuve sa détermination, sa volonté, sa souveraineté et son choix de redevenir un esprit libre-pensant, libre-agissant et libre-aimant © design-intuitif-elisabeth.com.

Le diamant (la merkaba activée, le corps de lumière) est un symbole de l'impeccabilité susceptible d'être atteinte lorsque les impuretés du monde de la séduction sont purgées du psychisme, du champ énergétique et de la mémoire cellulaire et karmique. Un diamant est une matière noble, christalline, incorruptible et inviolable, c'est-à-dire sacrée et scellée.

Vign_precious-1199183_960_720_all
Publié par Elisabeth Beucher •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





 
Vign_07-lavande
 
 
Vign_07-lavande
 
Merci de soutenir ce travail !
 
© 2018 Elisabeth Beucher - Tous droits réservés